ROGER- Nouvelle de Marie CHENOT

par Marie CHENOT  -  29 Avril 2019, 17:41  -  #Ecriture, #Atelier d'écriture, #Nouvelle, #Marie Chenot

Soulas Printemps 2008 - Photographie Marie CHENOT

Soulas Printemps 2008 - Photographie Marie CHENOT

ROGER

 

Roger, c’est mon prénom.  J’ignore pourquoi mes parents l’ont choisi,  non, je veux dire mes géniteurs. Ils n’ont pas eu le temps d’être parents, noyés au détour d’un virage pris à grande vitesse, la voiture a flotté, puis coulé au fond de la Seine et retrouvés là, leurs corps enlacés sans doute pour se réchauffer.

Depuis ce jour, ( j’atteignais mes 3 mois), on me dit orphelin.

Orphelin, quel drôle de mot, il s’est tordu dans ma tête dans tous les sens avant que je n’en saisisse un seul :

Orphelin, Hors félin, Or fait lin, Orphée l’un, c’était comme une ritournelle , pas déplaisante ma foi.

J’ai aussi entendu «  ce pauv’ petit orphelin », que je tricotais et détricotais pareillement sans percevoir l’intention
ou l’attention de tous ces gens autour de moi au regard attristé.

Orphelin c’était comme mon patronyme, le cadeau de mon père disparu en un éclair.

Roger Orphelin , ça sonnait bien à mon oreille et j’étais le seul à le porter avec un soupçon de gloire.

Orphelin, je me sentais bien, j’avais largué les amarres, attaché à aucun port, la vie m’attendait partout et nulle part. 

Une page blanche à écrire sans avoir de modèle, une toile à peindre sans se soucier du réel, une musique à composer sans apprendre le solfège . Il me manquait que des ailes pour voler autour du monde.

Orphelin, c’est vraiment bien, pour ne ressembler à rien ni à personne. Ne pas hériter des oreilles décollées du père, du nez trop pointu de la mère ou du sale caractère d’un grand frère. Habiter un corps qui est vraiment le sien plutôt qu’une copie imparfaite d’un ancêtre, se sentir seul et unique pour conquérir l’univers.

Orphelin, pour ne pas rimer avec déterminé, façonné, assigné modelé, constitué, héritier…

Orphelin, c’est toujours bien pour choisir d’aimer ceux que l’on veut bien et repousser ceux qui nous veulent aucun bien.

Orphelin , pour ne pas craindre l’abandon et ne jamais avoir à demander pardon.

Orphelin  aussi , pour échapper aux interdits et à tous les
« Tu dois », « Tu ne dois pas », « Fais ceci », « Fais cela ».

Orphelin toujours, pour être libre en amour et en désamour.

Orphelin enfin, pour ne pas pleurer la mort des siens.

Orphelin à jamais, non , ORPHELIBRE.

                                                   29 Avril 2019

                                                   Marie Chenot                 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :