Poésie au présent permanent - Muriel CAYET - Formules poétiques- Août 2018

par Muriel CAYET  -  19 Août 2018, 10:29  -  #Peinture, #Photographie, #Ecriture, #Poésie, #Géopoésie, #Créativité, #Littérature, #Photographie géopoétique, #Philosophie, #art, #arts, #peinture numérique, #Art numérique

Rêve de vitraux - Photographie et composition numérique MURIEL CAYET

Rêve de vitraux - Photographie et composition numérique MURIEL CAYET

 

PLURIELLES

 

Une musique plurielle sur la trame des flots,

Vocation singulière de celle qui connaît la direction

Des profondeurs de l’esprit, les générations de mots,

Qui écrit avec bienveillance sur le livre des questions.

 

Une aventure plurielle en lectures qui bouleversent,

Un jazz troublé qui fait entendre sa voix,

L’éternité pour toujours comme quand il pleut à verse,

Un rendez-vous avec la mer, au moment de ses choix.

 

Une réflexion plurielle fondamentale tout à son image,

Comme un canevas de tableaux vivants,

Classique dans sa présentation, mystérieuse dans ses pages,

Au bout du monde parmi les hommes et leur accompagnement.

 

Un art pluriel, comédie obstinée et poétique,

Offert par le réel contre vents et marées,

Laboratoire de formes nouvelles, omniprésentes et sympathiques,

Pour une vie meilleure, aux supports inattendus d’une nouvelle humanité.

 

***

 

CERVEAU

 

Un cerveau pour re-destiner l’identité,

Prendre des routes pas comme les autres,   

Sur l’écran de la vie, raffut de la réalité,

Rencontrer le sens et le terme, comme un apôtre.

 

Un cerveau pour traduire les signes troublés,

De la passion d’écrire, de la fête à venir,

L’expédition sans réfléchir, mathématiques insondées,

Artistes changés par la grâce des symboles à définir.

 

Un cerveau pour envisager l’éternité-même, son image,

De nouvelles idées, bouleversées, improvisées,

Une vallée de possibles large comme le partage,

Coûte que coûte, sans questions, y accéder.

 

Un cerveau pour choisir la bienveillance,

Sur la route de toutes les solutions,

Havre de paix, légendes en rendez-vous de silence,

Des généalogies de rituels, d’histoires de profondeurs, pour regagner la maison.

 

***

 

COMPRENDRE ?

 

L’attention intelligible sert parfois à deviner ce jeu-là,

On met toujours plein de choses dans un discours explicite,

Ponctué d’une belle intensité, pour fabriquer de l’artifice ou de l’aura,

Loin des rêves de la nuit, on raconte le présent, ses visites.

 

On choisit un titre à son destin,

On en photographie les exemples,

Son paradoxe devient moins curieux, presque certain,

Manifeste des beaux amis retrouvés dans son temple.

 

Les images d’archives à la taille d’une valise,

Au service de tous les mystères, de l’harmonie,

Ce jour de foisonnement, substance grise que l’on attise,

La création d’un mode à l’italienne dans un sac à sympathie.

 

Il est question de petites histoires inconscientes,

A la rencontre de nos personnages en direct,

Les routes de l’esprit libres à couper le souffle, fascinantes,

D’une vérité à mettre en scène ; textes d’architectes.

 

***

 

 

MIRACLE
 

Croire en un miracle collectif, autonome, à la force de son talent,

Etre élevé pour le réaliser, commencer par maîtriser les outils,

Un réel service accompli, voir les murs se rapprocher, insistants,

Rejoindre une équipe implantée et les théories des aînés, insoumis.

 

Croire en un miracle collectif, tout çà pour changer,

Montrer les images qui osent les métaphores,

Une petite troupe qui donne rendez-vous, sans danger,

Des propos de poussière du dernier jour au premier, de plus en plus forts.

 

Croire en un miracle collectif dans le vestiaire de la raison,

Codes de personnages, hommes qui chantent et se rencontrent,

Une description nouvelle qui date du début des générations,

L’univers subtil du présent, le cœur sur la main, tout contre.

 

Croire en un miracle collectif, accessible au sublime, étrange,

Conter avec curiosité, charmer la légende, créer une nouvelle vague,

Des centaines de mésaventures, terre de mélanges,

Un monde secret à la symbolique impressionnante, réveillé de la grande blague.

 

***

 

ENSEMBLE

 

Faire le chemin ensemble, vivant dialogue de la mémoire,

En hommage aux toujours de l’enfance émerveillée,

Cérémonie primaire, déclinable chaque matin et chaque soir,

Conscients des devoirs pour commencer.

 

Faire le chemin ensemble parce que le monde tourne vite,

Créateurs de concepts, antiquaires et virtuoses,

Conseillers de soin aux rendez-vous qui se méritent,

Des thèmes chers de l’histoire dont on écrit les pages, si on l’ose.

 

Faire le chemin ensemble, se retrouver à la hauteur,

Se prendre à rêver dans un esprit en devenir,

Tout photographier, ne rien oublier de ces heures,

Célébrées à pleins tubes, créer les nouveaux espaces, sans gémir.

 

Faire le chemin ensemble, le verbe sûr qui sait rimer,

Dans la correspondance ou les courriers internes, décider de son sort,

Artistes iconoclastes ou auteurs de métier,

Messagers qui déclament les raisons de créer, des motifs en or.

 

***

 

 

DON

 

Dédier à la peinture, libre et novatrice, sans règles du jeu,

Une narration de l’évidence pour meubler le temps,

Dans un éclat de rire, écrire des choses à l’ombre des envieux,

Respecter les vies pleines et remonter le cours du présent.

 

Dédier à la peinture, le mystère qui perdure,

Aimer l’air et la joie, le mystérieux qui compte,

Sourire, entrer en contact ou dans le dur,

Après les alignements, composer le premier de ses contes.

 

Dédier à la peinture le récit des rendez-vous,

Le plus tôt possible, comme un travailleur du mieux,

Se montrer libre, sans jamais fléchir, près de vous,

Jusqu’à l’heure où tout s’offre comme s’ouvrent les yeux.

 

Muriel CAYET

19/08/2018

 

Recueil de poèmes à paraître en version papier en septembre 2018

Recueil de poèmes à paraître - Muriel CAYET

Recueil de poèmes à paraître - Muriel CAYET

Rêve de cathédrale- Photographie et composition numérique - Muriel CAYET

Rêve de cathédrale- Photographie et composition numérique - Muriel CAYET

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :